Qu’est-ce qu’une AMAP ?

Une AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Il s’agit, depuis 2003 d’une marque déposée à l’INPI (Institut National pour la Propriété Intellectuelle) par l’association Alliance Provence. L’utilisation de cette marque implique l’engagement du respect de la charte des AMAP inspirée de la Charte de l’agriculture paysanne, éditée par Alliance Provence en 2003.

Le fonctionnement d’une AMAP repose sur un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et des producteurs. Les producteurs partagent la récolte, au fil des saisons, entre les consommateurs sur la base de contrats fixant les modalités de distribution (fréquence, quantité, modalités de paiement). La confiance est essentielle entre les producteurs et les consommateurs : les produits sont payés à l’avance par le consommateur et le producteur s’engage à livrer celui-ci conformément aux termes du contrat.
Il n’y a pas d’intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Le fonctionnement de l’AMAP participe de l’économie solidaire et répond aux critères suivants :

  • un lien direct entre le producteur et le consommateur,
  • les consommateurs s’engagent à l’avance, pour une saison de production
  • les consommateurs partagent les aléas climatiques qui peuvent modifier à la baisse, la quantité de produits calculée et planifiée par le producteur
  • le prix du panier est calculé en fonction des coûts de production

Les consommateurs bénéficient en échange d’aliments frais, de saison, produits localement et souvent bio. L’absence d’intermédiaires permet la mise en place de prix équitables :

  • les consommateurs bénéficient de produits sains à prix raisonnables
  • les tarifs calculés par les producteurs leur permettent de vivre de leur travail

Adhérer à une AMAP, que l’on soit producteur ou consommateur est un acte militant. En adhérant à une AMAP on choisit de contribuer au maintien, voire à l’installation d’agriculteurs, souvent en zone périurbaine et donc au maintien de terres fertiles. En consommant des produits locaux, on contribue à réduire sa consommation énergétique. Les producteurs favorisent la sécurité alimentaire, respectent la biodiversité et encouragent le partage de la connaissance en ouvrant régulièrement leurs exploitations aux amapiens. Les adhérents choisissent de ne pas être passifs dans leurs modes de consommation. Ils choisissent au contraire de faire de leurs achats alimentaires un acte en faveur de l’agriculture paysanne qui respecte à la fois, l’homme, sa santé et son environnement.

Né au Japon avec les Teikis, ce type de relation entre les producteurs et les consommateurs essaime de part le monde depuis les années 60 : Community Supported Agriculture pour les pays anglophones, Reciproco au Portugal, Pergola-associatie aux Pays-Bas, Landwirtschaftsgemeinschaftshof en Allemagne, Gruppo di acquisto solidale en Italie, Agriculture contractuelle de proximité en Suisse…

Comments are closed.